Caen Les élus de Caen demandent la suspension du déploiement des compteurs Linky

Le conseil municipal de Caen a émis un vœu, lundi soir, demandant au gouvernement de suspendre l'installation des compteurs Linky à Caen, dans l'attente de réponses aux questions posées à la ministre de l'Environnement.

15/07/2016 à 11:46 par gregorymaucorps

A Caen, ce sont déjà 15.000 compteurs Linky qui ont été installés. (Photo DR) -
A Caen, ce sont déjà 15.000 compteurs Linky qui ont été installés. (Photo DR) -

Le dossier des compteurs Linky s’est invité au débat municipal, lundi soir, à Caen. La démarche est venue des groupes « Caen écologiste et citoyenne » et « Citoyens à Caen-PRG », qui ont émis un vœu concernant le déploiement de ces compteurs sur la ville de Caen. La majorité a, elle aussi, formulé le sien.

Majorité et opposition d’accord

Les deux vœux, assez similaires, ont donc été adoptés à l’unanimité, demandant au gouvernement la suspension du déploiement des compteurs Linky à Caen, jusqu’à ce que la ville ait obtenu les réponses aux interrogations posées à la ministre de l’Environnement et à l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

Ces questions concernent les risques sanitaires liés aux ondes, l’impact financier de ce déploiement pour l’usager ou encore la possibilité ou non pour un usager de refuser l’installation du compteur Linky.

A l’heure actuelle, ce sont déjà 15.000 compteurs Linky qui ont été installés à Caen sur les 80.000 prévus au total. Ce déploiement a ses opposants, notamment l’association Caen-Ouest Saint-Paul (lire Liberté du 14 avril 2016). Une pétition contre ces installations a déjà recueilli près de 2.700 signatures.

Enedis (ex-ERDF) veut « briser les rumeurs »

Du côté d’Enedis (ex-ERDF), on souhaite « briser les rumeurs désastreuses. Les gens de bonne foi peuvent être inquiets avec les fausses informations qui circulent, surtout que les opposants ne fournissent aucune preuve », lâche Jacques Mahé, délégué territorial d’Enedis dans le Calvados.

Travaillant en lien avec la mairie de Caen sur le dossier depuis plusieurs mois, Enedis précise qu’une médiation sociale dans les quartiers et un numéro de téléphone gratuit (Allo Linky, 08000 54 659) sont déjà en service. A partir de septembre, une permanence dans les quartiers sera organisée une fois par semaine.

Sur les interrogations des usagers concernant les effets des compteurs Linky sur la santé, Jacques Mahé explique que « Linky n’a aucun effet sur la santé. Il n’y a pas de radiofréquence comme ça a pu être dit, ce n’est pas une box ». Le délégué territorial du Calvados précise :

« Les compteurs émettent des champs électromagnétiques mais ça a été mesuré par des organismes indépendants. Ils sont faibles et pas dangereux pour la santé. Ils émettent moins que les anciens compteurs des clients ».

“L’installation s’impose à tous par décision de l’Etat”

Enedis souligne avoir choisi « une communication directe avec les usagers » au sujet de ces installations et des interrogations des Caennais. Concernant le coût financier, « c’est totalement gratuit pour l’usager puisque les compteurs appartiennent à la collectivité et non au client ». Quant au choix ou non de refuser l’installation, Jacques Mahé précise que le compteur Linky « s’impose à tous par décision de l’Etat, ce n’est pas au choix de chacun même si on a choisi la pédagogie pour expliquer ses avantages ».

Enfin, sur la question du transfert des données, le compteur enregistre les consommations et la puissance atteinte par le logement.

« Ces données sont transmises de manière cryptée, avec les normes de l’armée et du système bancaire. Et de toute façon, aucune information personnelle ne circule, que ce soit un nom, une adresse ou des coordonnées bancaires ».
14000 Caen

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Dessins de presse

Le Malherbomètre

But-Rodelin1.JPG

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter