Caen Cinéma. Le film A fond avec José Garcia : « C’était risqué »

Le film A fond sort mercredi 21 décembre. Nous avons rencontré le réalisateur Nicolas Bénamou et l’acteur José Garcia au cinéma Pathé à Caen lors d’une avant-première.

14/12/2016 à 11:06 par Arnaud Héroult

L’acteur José Garcia est venu à Caen présenter le film A fond.
L’acteur José Garcia est venu à Caen présenter le film A fond.

Une jolie voiture neuve qui devient incontrôlable, est-ce une idée qui vous a tout de suite emballé ?

Nicolas Benamou : Oui tout à fait et en écrivant le scénario, j’ai immédiatement su que je le tournerai « en vrai ». Pour moi, c’était primordial que la voiture roule vraiment à 130 puis 160 km/h.

On imagine que vous avez eu des contraintes techniques ?

Nicolas Benamou : En choisissant l’option maximum « en réel », il est évident qu’il y avait pas mal de problèmes, mais il fallait y aller chaque jour en calculant très soigneusement les risques.

José Garcia : le public ressent la façon dont sont tournées les scènes. Il fallait qu’on sache qu’il pouvait y avoir du danger.

Du danger ? Était-ce dangereux ?

Nicolas Benamou : C’était risqué, mais on s’est entouré de gens qui assuraient la sécurité et surveillaient tous les plans pour justement éviter les gros problèmes.

José Garcia : Nous devions être courageux, audacieux, mais pas téméraires.

Copyright Wild Bunch Distribution
Copyright Wild Bunch Distribution

Que ressentiez-vous dans l’auto lancée à 130 à l’heure ?

Nicolas Benamou : C’est comme au cirque, lorsque l’on va voir des trapézistes.

Ce film est comme un huis clos puisque les acteurs sont enfermés la plupart du temps dans la voiture ?

José Garcia : pas vraiment, car on est toujours entre l’intérieur et l’extérieur. Il y avait à côté de nous une armada de véhicules dont les occupants écoutaient ce que nous disions et il fallait être très précis avec le texte car leur intervention était liée à nos paroles.

José, avec ce film on a l’impression que vous aimez les sports extrêmes ?

C’est sûr et là on a tous été servis. Par exemple lorsque je change de place avec André Dussollier tout en conduisant c’était de la « haute voltige ». De même quand je dois enlever des pièces de la voiture, il ne fallait pas se tromper entre les pièces fictives et celles indispensables pour conduire.

Parlons d’André Dussollier. Il a dans le film un rôle de grand-père farfelu, très différent que ce qu’il joue habituellement ?

Nicolas Benamou : effectivement. Il m’a dit « il y a 40 ans que j’attendais un rôle comme ça ». Il est très drôle, inattendu. C’est un vrai régal de travailler avec lui.

14000 Caen

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Dessins de presse

Le Malherbomètre

But-Rodelin1.JPG

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter