Caen SM Caen. Vincent Bessat :« Il faut enfoncer Lille, on n'a pas le choix »

Battu 2-0 à Dijon, le Stade Malherbe est retombé dans la zone rouge (18), le week-end dernier. Avant de disputer deux rencontres primordiales contre deux concurrents directs au maintien, Lille samedi et Nancy mardi, entretien avec le latéral Vincent Bessat.

16/02/2017 à 11:25 par gregorymaucorps

Même s'il ne s'affole pas, Vincent Bessat sait que Caen doit vite prendre des points contre Lille. -
Même s'il ne s'affole pas, Vincent Bessat sait que Caen doit vite prendre des points contre Lille (©Grégory Maucorps/Liberté Le bonhomme libre Caen). -

Quel est votre sentiment sur cette défaite 2-0 à Dijon, dans un match disputé sous la neige ?

Cette défaite est très frustrante, mais les conditions étaient les mêmes pour les deux équipes donc il n’y a pas à débattre là-dessus. On fait pourtant un bon match, on se crée beaucoup d’occasions et au final, on perd quand même 2-0. C’est dommage car c’était un concurrent direct. Ivan (Santini) nous a fait gagner énormément de matches, donc il n’y a pas lieu de lui jeter la pierre, parce qu’il n’y a pas eu que lui qui a eu des occasions. On doit être plus tranchant dans les deux surfaces, parce que même si on ne marque pas, on doit au moins revenir avec le match nul 0-0. Dans ce championnat, il suffit d’une victoire pour basculer assez rapidement vers le haut. Il n’y a pas lieu de s’affoler pour l’instant mais il faut vite prendre des points.

« Il n’y a pas lieu de s’affoler pour l’instant »

Dans ce classement très serré, le Stade Malherbe recule en 18e position avec un match de moins (à disputer contre Nancy, mardi). Regardez-vous d’ailleurs ce classement ?

Oui, on le regarde, mais ça va très vite dans les deux sens. On a un match de retard, on reçoit Lille et Nancy cette semaine. Il ne va pas falloir faillir, il faudra être performant et prendre un maximum de points sur ces deux matches. Surtout qu’on se déplace à Saint-Etienne ensuite et que ce ne sera pas un match évident.

> A lire aussi : Jean-Victor Makengo prolonge avec le SM Caen jusqu’en 2020

Comment expliquez-vous ce yo-yo perpétuel de l’équipe ?

C’est très compliqué. Si j’avais l’explication, on aurait fait en sorte d’arrêter de faire le yo-yo. Maintenant, nous sommes beaucoup d’équipes à avoir des résultats en dents de scie. Pour le moment, on n’a pas d’explication, sinon on aurait déjà pallié ce problème et eu des résultats plus réguliers. Là, on a vraiment du mal. On réussit à faire un bon résultat à Guingamp, en décrochant notre première victoire à l’extérieur. Derrière, on a la réception de Bordeaux et on se dit qu’on va faire un match sérieux à domicile comme on a l’habitude et au final, on prend 4-0…

Le joueur du SM Caen Vincent Bessat.
Le joueur du SM Caen Vincent Bessat (©Grégory Maucorps/Liberté Le bonhomme libre Caen).

« Je ne lésine pas sur les efforts et la grinta »

Le SM Caen est capable de battre Nice ou Lyon, mais n’y arrive pas contre ses adversaires directs…

On le constate aussi malheureusement. Il faut qu’on soit beaucoup plus performant dans notre championnat, entre guillemets. On travaille pour ça, on essaie de faire en sorte que ça change.

Personnellement, comment jugez-vous votre saison au Stade Malherbe ?

Je pense que je fais une saison correcte. Après, quand l’équipe ne va pas, on ne peut pas dire qu’on est bon. On fait partie de cette dynamique négative. J’essaie de donner le meilleur de moi-même à tous les matches et de tirer le groupe vers le haut. Même si les matches sont compliqués, on essaie de faire le max à tous les matches. Après, les performances sont ce qu’elles sont mais ce qui est sûr en tout cas, c’est que je ne lésine pas sur les efforts et la grinta que je mets à chaque match.

Vous avez bien trouvé votre place sur le côté gauche dans ce système en 3-4-3…

Oui, j’aime bien parce qu’on a pas mal de liberté. Cela demande beaucoup d’efforts parce qu’il faut être présent sur le plan offensif et défensif. Moi, ça ne me dérange pas pour aider l’équipe au maximum. Comme Fred Guilbert, ça nous correspond bien à tous les deux. Dans une défense à quatre, on peut plus gérer nos efforts et souffler sur certaines actions, alors que là, il faut être à bloc tout le temps et accompagner offensivement et défensivement.

"Je ne lésine pas sur les efforts et sur la grinta en match", livre Vincent Bessat, le latéral gauche du SM Caen.
"Je ne lésine pas sur les efforts et sur la grinta en match", livre Vincent Bessat, le latéral gauche du SM Caen (©Grégory Maucorps/Liberté Le bonhomme libre Caen).

C’est l’occasion de se distinguer offensivement dans ce système ?

A la base, je suis quelqu’un qui est plus milieu offensif gauche. Même si j’ai reculé et que je peux jouer latéral, ça me permet de me porter sur l’offensive et c’est plaisant, c’est sûr.

« Frustrant de n’avoir que 2 passes décisives »

Avec deux passes décisives au compteur, êtes-vous satisfait de vos statistiques ?

J’espère largement mieux. Je pense que je mets quand même pas mal de centres de qualité, on l’a vu contre Dijon notamment. C’est vrai que c’est frustrant de n’avoir que deux passes décisives au vu de la quantité et, je pense, de la qualité de certains centres. J’essaie d’envoyer les meilleurs centres possibles, mais je suis tributaire aussi des joueurs offensifs. Après, ça ne dépend plus de moi.

> A lire aussi : SM Caen – Bordeaux (0-4). Patrice Garande : “C’était la Bérézina!”

Après la claque de Bordeaux (0-4), il va y avoir obligation de rebondir et de montrer autre chose à domicile ?

C’est une certitude. Surtout contre un concurrent direct comme Lille, qui n’est pas forcément bien non plus. Il faut qu’on les enfonce, on n’a pas le choix. Cela va énormément dans les têtes, dans les attitudes. On est capable de le faire, on l’a fait à plusieurs reprises. Il va falloir être performant là-dessus.

Recevoir Lille (17e) et Nancy (15e) en quatre jours à d’Ornano, ce sont deux occasions de battre un concurrent direct et de se donner de l’air au classement…

Bien sûr. Bon, les matches en milieu de semaine ne nous ont pas trop réussi depuis le début de saison, mais il n’y a pas de fatalité. C’est pourquoi il faut se faire violence, ne pas penser à la fatigue. De toute façon, ce sera pour les deux équipes pareil. Ce sera celui qui en voudra le plus qui gagnera le match. Et si on peut gagner les deux, ce serait bien mieux…

14000 Caen

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Dessins de presse

Le Malherbomètre

But-Rodelin1.JPG

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter